Abbatiale Abbaye Loire Terroir
 

 Un site historique sur la Loire

Saint Florent le Vieil - Lithographie de Wismes - 1945

Les premières traces d’occupation humaine dans notre cité remontent à la fin de la préhistoire ; tombe mégalithique, aujourd’hui détruite à la Boutouchère, haches en pierre polie et en bronze, poteries gallo-romaines.

Au Ivème siècle, Florent, soldat de l’armée romaine, converti au christianisme et disciple de Martin de Tours, s’installe sur le Montglonne. Une communauté de moines, florissante en 717, se voit attribuer des terres en Normandie. Le monastère, doté par le fils de Charlemagne, Louis le Pieux, subit au IXème siècle l’assaut des Bretons puis des Vickings qui installent leur camp dans une île voisine. Sans abandonner totalement le site, les moines emmènent les reliques de St Florent à Tournus, en bourgogne au terme d’un sinueux périple. Le calme revenu, le moine Absalom dérobe les reliques et les ramène en Anjou, non pas au Montglonne mais à Saumur où se développe la puissante abbaye de Saint Florent le Jeune dont dépend désormais le prieuré de Saint Florent le Vieil jusqu’à la révolution française. Cependant, les moines du Montglonne fabriquent de faux testes pour garantir leur indépendance et la domination d’un territoire exempt sur une douzaine de paroisses relavant directement du pape et du roi de France.

Après l’introduction de la réforme de Saint Maur au XVIIème siècle, le monastère est totalement reconstruit sur un plan géométrique.

Tombeau de Jacques Cathelineau

Le soulèvement vendéen commence à Saint Florent le Vieil le 12 mars 1793.Jacques Cathelineau, généralissime des Armées catholiques et royales y meurt le 14 juillet suivant. Après leur défaite de Cholet, en Octobre, quelques cent mille vendéens y franchissent la Loire tandis que le général Bonchamps, blessé, grâcie, avant d’expirer sur l’autre rive du fleuve, 5000 prisonniers républicains. Parmi eux, se trouve le père de David d’Angers qui, trente ans plus tard, sculpta gracieusement en reconnaissance le tombeau du général vendéen. La Terreur est marquée par l’exécution de 2000 vendéens près de l’antique sanctuaire marial du Marillais au début de 1794 et l’incendie de la ville, en juin, après le transfert des habitants à Saumur. En mai 1795, Stofflet signe à l’Ouvrinière la pacification avec les représentants de la Convention.

Alors que le site pittoresque est dessiné par Turner en 1826, se développe le culte du souvenir de la Guerre de Vendée : visite de la duchesse d’Angoulême, fille de LouisXVI, en 1823, puis de la duchesse de Berry en 1828, réalisation des tombeaux de Bonchamps en 1825 et de Cathelineau en 1858, pose de vitraux dans l’abbatiale dans les années 1930.

Saint Florent le Vieil est devenu un incontournable lieu touristique de l’Anjou qui met en valeur son patrimoine et s’honore de compter parmi les siens Julien Gracq.

 



Présentation

Tourisme